• Il est temps d'agir maintenant.
  • Des milliers de pratiquants de Falun Gong en Chine sont tués pour leurs organes.

Un éminent avocat de défense des droits de l’homme parle du trafic d’organes en Chine

15 juin 2017 11:29

David Kilgour, co-auteur du livre « Bloody Harvest », a contribué à soulever une opposition mondiale contre ces atrocités en Chine

Un éminent avocat de défense des droits de l’homme parle du trafic d’organes en Chine
David Kilgour, l’ancien Secrétaire d’État canadien pour l’Asie-Pacifique et l’Afrique-Amérique latine, se prononce lors d’une conférence de presse devant l’hôtel de ville de San Francisco, le 23 mai 2017. (Lihui Zhou / The Epoch Times)

SAN FRANCISCO : Lors d’une conférence de presse donnée le 23 mai dernier devant l’hôtel de ville de San Francisco, David Kilgour a parlé de son travail d’une décennie consacré à la dénonciation des meurtres de prisonniers de conscience en Chine suite aux prélèvements d’organes forcés effectués par l’État chinois.

«  On n’a pas besoin d’être un vrai détective pour savoir ce qui se passe. Nous avons gagné la partie ; la discussion intellectuelle est terminée. Tout le monde sait que cela se passe », a-t-il martelé.

David Kilgour, avocat de profession, a été pendant presque 27 ans député du Parlement du Canada. Il a également servi dans le gouvernement canadien aux postes du Secrétaire d’État (Afrique et Amérique latine) et Secrétaire d’État (Asie-Pacifique) et a été nominé pour le Prix Nobel de la paix 2010. Il est arrivé à San Francisco le 23 mai pour une visite de trois jours.

M. Kilgour et l’avocat international David Matas sont les principaux avocats de défense des droits de l’homme à avoir enquêté sur les prélèvements forcés d’organes sur les prisonniers de conscience en Chine.

LIRE AUSSI : 1,5 million de Chinois tués pour leurs organes

Leur rapport révolutionnaire « Bloody Harvest », publié en 2006, a démontré que des prélèvements massifs d’organes avaient lieu en Chine et que les victimes étaient principalement les pratiquants de la discipline spirituelle de Falun Gong. En 2016, Kilgour et Matas, en collaboration avec le journaliste d’investigation Ethan Gutmann, ont publié un nouveau rapport intitulé « Bloody Harvest/The Slaughter : an Update » qui se base sur un examen des programmes de transplantation d’organes de centaines d’hôpitaux en Chine.

Depuis 2006, Kilgour et Matas ont voyagé dans le monde entier pour sensibiliser les gens aux atrocités qui se passent en Chine, témoigner devant les législatures et parlements de différents pays, et se prononcer lors de séminaires d’experts, de forums de défense des droits de l’homme et d’autres événements.

Le travail de Kilgour et Matas ont contribué à l’adoption, en décembre 2013, de la résolution du Parlement Européen, suivi, en juin 2016, par celle du Congrès des États-Unis, qui condamnent le régime chinois pour ces atrocités.

Lors de sa visite, David Kilgour s’est prononcé lors de plusieurs projections cinématographiques, y compris à la projection organisée à l’Université de Stanford du documentaire « Human Harvest » qui a remporté le Prix Peabody.

Un autre documentaire traitant du sujet, le « Hard to Believe » qui a remporté 14 prix et a été tourné par le cinéaste primé Ken Stone, a été présenté le 25 mai à  l’Université de Californie-San Francisco et au cinéma Opera Plaza.

Ces projections gratuites ont été  parrainées par DAFOH (Doctors Against Forced Organ Harvesting – Médecins contre les prélèvements forcés d’organes), une ONG chargée de protéger les pratiques médicales éthiques qui garantissent la dignité humaine.

Dr. Alejandro Centurion, représentant de DAFOH dans la région de San Francisco, a déclaré : « La visite de M. Kilgour permettra à davantage de membres de la communauté médicale et du grand public de connaître ces crimes. Beaucoup d’Américains, y compris les professionnels de la santé, n’ont pas encore entendu parler de ce qui est sans doute l’une des plus grandes violations de l’éthique médicale de notre époque. Une plus grande sensibilisation du public est essentielle pour aider à en mettre fin. »

Article extrait de Epoch Times

Classés dans :